Investir de nouveaux espaces de travail a-t-il un réel impact sur le ressenti des collaborateurs ?

Tim Oldman, PDG fondateur de la société américaine Leesman, était jeudi 26 septembre à Paris, dans les jolis bureaux d’Herman Miller, pour présenter les résultats d’une nouvelle étude d’envergure.

Après en avoir dévoilé une première partie à New York, la deuxième étape à Paris était axée sur les nouveaux environnements de travail (moins d’un an de fonctionnement après un déménagement ou une rénovation). Ces lieux ont-ils un impact positif réel, quantifiable, sur le ressenti des collaborateurs ? L’étude montre que oui, même si ce ressenti diffère dans le détail. Et cet effet positif s’estompe après seulement 2 ans et 5 mois… Gare à ne pas rester sur ses acquis !

Leesman propose depuis 2010 un indicateur indépendant, le Leesman Index (Lmi), pour mesurer la qualité fonctionnelle des environnements de travail. Pour ce faire, elle s’appuie sur de simples enquêtes auprès des utilisateurs. Rien de révolutionnaire en soi, mais son atout principal réside dans sa force de frappe : leur dernière étude a ainsi fait l’objet de 557 959 réponses, correspondant à 3 932 lieux différents. Et pour la partie concernant spécifiquement les nouveaux espaces, les chiffres sont de 84 158 réponses, pour 533 lieux différents, dans 92 pays.

Que peut-on tirer de ces résultats ? Il faut d’abord comprendre que le but d’une entreprise comme Leesman est de déterminer les composantes clés qui conduisent à une expérience positive d’un utilisateur dans son espace de travail. Pour ça, elle s’appuie sur une liste prédéfinie de 21 activités que l’utilisateur doit cocher si elles correspondent à ce qu’il fait concrètement pour mener à bien ses missions. On trouve par exemple dans cette liste : des conférences vidéo, de la lecture, des réunions informelles, des tâches de routine individuelle, des conversations téléphoniques, l’utilisation de matériel spécialisé etc…

Les analystes de Leesman divisent ensuite les réponses en 4 groupes distincts, en fonction du nombre d’activités cochées :

  • 5 activités ou moins : 23 % des profils
  • 6-10 activités : 41 % des profils
  • 11-15 activités : 20 % des profils
  • 16 activités ou plus : 16 % des profils

En parallèle aux activités, les sondés répondent à des questions concernant les caractéristiques physiques de leurs lieux de travail (présence ou non par exemple de salles de réunion, niveaux sonores, décor, qualité de l’air…), ainsi que les services qui y sont proposés (entretien sanitaire, toilettes, thé ou café…).

La satisfaction des personnes interrogées par rapport à leur environnement de travail est ensuite mesurée grâce à des critères formulés simplement comme :

  • Mon espace de travail me permet d’être productif
  • Mon espace de travail nous permet d’être productifs
  • Mon espace de travail contribue à développer un sentiment de communauté
  • Mon espace de travail à un impact positif sur l’image institutionnelle de l’organisation
  • Mon espace de travail est un lieu que je suis fier de faire visiter
  • Etc…

Revenons donc à notre question : Investir de nouveaux espaces de travail a-t-il un réel impact sur le ressenti des collaborateurs ? La réponse est oui !

  • En terme de productivité personnelle : 66,5% des sondés dans les nouveaux environnements de travail sont satisfaits, contre 61,5 % de l’ensemble des sondés de l’enquête.
  • Pour ce qui est du sentiment de fierté : 70,1% contre 53,3%.
  • Pour le sentiment de communauté : 65,6 % contre 59,1 %.
  • Pour le partage d’idées et de connaissances : 74,3 % contre 69,7 %.

Voici quelques autres résultats montrés par l’étude :

  • 1/5e des nouveaux lieux sondés performent médiocrement à l’indice Leesman (Lmi < 60%). Ce qui semble bien sûr indiquer que certaines entreprises ne se posent pas les bonnes questions quand il s’agit de définir un environnement de travail adéquat pour leurs collaborateurs.
  • Quel que soit l’âge des sondés, il y a toujours plus de collaborateurs satisfaits dans les nouveaux environnements de travail. Mais plus les personnes interrogées sont âgées, moins ce gain est important.
  • Constat parallèle : quelle que soit l’ancienneté, il y a toujours plus de résultats positifs après l’emménagement dans un nouvel espace de travail ou un espace rénové, mais plus l’ancienneté dans l’entreprise est élevée, moins ce gain est important.
  • Plus la personne interrogée possède de tâches à effectuer (parmi les 21 proposées au départ), plus elle gagne en satisfaction avec le nouvel espace de travail. Plus le rôle est complexe, plus le gain est effectif.
  • Le flex office, bien que de plus en plus populaire, ne se traduit pas par un gain évident. Le taux de satisfaction est ainsi tout aussi volatile pour des nouveaux bureaux en flex office qu’en postes attribués.
  • Le niveau sonore ambiant est LE critère qui offre le moins de satisfaction parmi les sondés, avec un taux qui atteint péniblement les 33,4% d’employés satisfaits.
  • Parallèlement, si les nouveaux bureaux semblent beaucoup améliorer les espaces de collaboration et d’échange, ce n’est pas la même chose pour ce qui est de subvenir aux besoins des tâches individuelles.

Enfin, challenge le plus important pour les entreprises : l’étude Leesman montre que le gain de satisfaction offert par de nouveaux locaux ne dure pas éternellement, loin de là. Seulement 2 ans et 5 mois après le déménagement, le niveau de satisfaction rejoint celui qui existait avant le déménagement ou la rénovation ! Le défi de l’environnement de travail est donc constant, il doit se renouveler inlassablement, en parallèle de l’évolution des missions confiées aux collaborateurs.

Joseph Bancaud

Un projet ou une question?

Nous contacter

Name(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.